La Sorbonne commercialise sa marque et propose des produits dérivés.Comme si l'université appréhendait d'un coup les problématiques du capital d'une marque.L'enjeu est clair: commercialiser avec succés la licence Sorbonne aux émirats et tirer profit d'une forte renommée au moment où la place de l'enseignement supérieur est au niveau mondial sérieusement menacée.

A une autre échelle un centre de formation présent sur l'ile de france, arca , annonce la couleur
ARCA INSTITUT, école de commerce à vocation professionnelle, à dimension internationale.



La signature est renforcée et coincide avec l'étirement de la marque ARCA.L'objet n'est pas de parler des qualités intrinsèques d'ARCA ou de ses limites, mais plutôt d'appréhender les aléas de sa marque.L'équipe d'arca en charge de la communication a choisi de se désigner comme une ecole de commerce en insistant sur la dimension pro et mondiale.Tout l'enjeu est évidemment là.Reste à savoir si cet effort un peu maladroitement marketé suffira à sauver la marque arca ?Ils ont eu le mérite de bien comprendre ce qu 'on éclaire depuis plus d'un an à savoir le décalage entre les marques orientées BTS et la prolongation des cursus.Soyons plus clairs.Est ce que je peux vendre et proposer du +3, +4, +5 sous une marque qui n'a pas été conçue dans cet objectif ?Est ce que l'étudiant assumera la marque sur son CV ? Est ce qu 'elle lui inspirera confiance ? Témoignera t-elle des valeurs intangibles qu il cherche à incorporer à son cv ? Combien d'étudiants en effet ont éprouvé de la difficulté à noter leur école sur leur CV ? Cette difficulté est un problème classique que les deesma et deescom connaissent bien - celui de la vie d'une marque.Arca s'est retrouvé dans la situation de Lacoste ou de Burberrys il y a quelques années et aujourd'hui, arca souhaite reconfigurer sa marque en y intégrant les paramètres qui sont indispensables aujourd'hui pour attirer les étudiants. Notons qu' une marque comme pigier connait probablement les mêmes difficultés.Elle ne fait plus rêver.Et semble impliquer des connotations "secretariat" bien éloignées des fantasmes top-career.Ce n'est sans doute pas le cas dans le maghreb où son développement est significatif parce que la marque Pigier résonne différemment au Maroc ou en Algérie.Comme Jean Reno, star au Japon !

La question devient par conséquent:

Vendre du diplome européen implique t-il une extension de marque ou la création d'une nouvelle marque ?

C'est probablement la question stratégique par excellence selon nous car elle implique de savoir si les attentes des étudiants en troisième année ou en master fede seront en adéquation avec le rayonnement et les valeurs de la marque.Si cette reflexion n'est pas menée, on peut penser que les écoles du type ipag, ifag,inseec, iseg vont encore rafler la mise des masters pour étudiants hors-prépa...Comme semble le dire assez naivement et courageusement Arca en une sorte de cri du coeur:

Le dees est compatible avec la dénomination école de commerce !

Reste à savoir si les étudiants suivront.Et reste à analyser ces nouvelles stratégies de marque par rapport à la certification FEDE qui semble bien absente du site arca ?.
Donc suite dans un prochain billet.