Formateurs et étudiants: un même combat et une même galère dans la jungle du dees ?

Depuis plus d'un an, PrepaDEES fait preuve de vigilance tant à l'égard de ceux qui réduisent le dees à néant qu'à l'égard de ceux qui le présentent sur un mode mensonger ( Et ils sont nombreux...).Ce faisant on s'aperçoit que tout le monde patit des discours mensongers et frauduleux.Les étudiants qui rêvent les yeux ouverts et revivent leur traumatisme social plus ou moins bien entre complexe d'infériorité et logique d'assisté puéril.Mais aussi les formateurs qui paradoxalement ont de plus en plus de mal à faire reconnaitre leurs compétences dans cette fausse licence...Vous voulez savoir ce que vaut le dees pour un directeur d'école ? Demandez lui combien il paie les formateurs en dees ! Vous vous apercevrez qu' ils ne sont pas plus payés qu en BTS.En tant que tel celà ne pose pas de problème mais le fait est que celà révèle bien le fond du management des directeurs.Le dees c'est une sorte d'excroissance du BTS.point barre.On connait même des directeurs d'écoles totalement incompétents qui se sont piqués de suivre les mémoires eux-mêmes.Ca fait toujours quelques heures de gagner et puis les épreuves orales on s'arrange un peu... Face à tout celà, le formateur peine à trouver sa place et à valoriser son expertise en diplôme européen.

Le formateur face aux nouvelles modalités du diplôme européen

L'alternance 1 jour 4 jours s'est quasi généralisée.Ce qui réduit d'autant plus les heures dans chaque module.Les contrats de pro ne passent pas toujours et les étudiants en convention de stage sont de plus en plus pris dans une logique de client fatiguante à gérer.Les écoles se retrouvent parfois avec des classes de 4 ou 5 dees un peu paniqués, même complètement largués.La classe 1 fois sur 3 peut fermer.Bonjour l'ambiance.Face à celà le formateur est souvent démuni.Déjà obligé de collecter les sujets FEDE à la sauvage puisque les écoles investissent pas beaucoup en annales...Il est en plus confronté aux risques inhérents aux centres qui ferment, inaptes à véritablement communiquer sur les 3eme année.Les tarifs sont gelés.Un peu de BTS.Un peu d'IUT payé à 6 mois.Un peu de dees.Vive la galère!!!! Celà étant.Il y a des formateurs excellents notamment en culture européenne.Même si ça ne court pas les rues.Ils patissent de l'ambiguité du dees.Diplôme au rabais ou véritable cheminement qualifiant vers l'insertion.?

Le diplome européen : tremplin ou cul de sac pour les formateurs ?

On a plusieurs types de formateurs.ceux qui bouffent grace au diplome européen : deesma, deescom, deesarh, deesinf et qui crachent dessus sur les forums.C'est comique et plutôt inquiétant quand on songe à ce qu' ils peuvent transmettre aux étudiants...Il y a ceux qui ont la religion du diplome d'état et qui estiment très malins de casser le dees pendant leur cours- histoire de montrer qu ils ne sont pas dupes et qu ils sont plus malins que les autres.Il ya ceux qui n'y comprenent rien et qui découvrent le dees en même temps que les étudiants.Ceux qui sont fatigués par la faiblesse du niveau globalement.Ceux qui sont les rois dans les écoles et qui font quasi toutes les matières d'un coup.Le dees est soit un complément pour arriver au plein temps , soit éventuellement un tremplin vers les fameuses écoles de commerce....C'est un fait que le recrutement de certaines esc a changé.Plus assez de fric pour se payer les stars américaines et en même temps besoin de bilingues.Mais quand on a enseigné en dees - est ce qu on est pas snobé à esc la Rochelle ? On en revient toujours à la question de la qualité du dees et de son programme.Et à des choix de carrière évidemment.La bonne nouvelle c'est que le nombre des écoles adhérentes de la FEDE croit.La mauvaise c'est que voir les étudiants partir après leur master 1 c'est toujours un peu décevant...

Et si les formateurs Dees avaient un dees ?

Voilà une boutade.Et pourtant.on pourrait imaginer que le fede mett en oeuvre une véritable politique de certification et de valdation des compétences de ceux qui font vivre le dees.Tout le monde aurait à y gagner.Le formateur se verrait attribué un titre - un master ? L'étudiant serait rassuré.Et la Fede pourrait suivre un peu la qualité hétérogène selon les centres.Après tot si le modèle de la FEDE, c'est le diplôme d'état, pourquoi ne pas instaurer un certifcat préallable à l'enseignement en dees.Non pas histoire de discriminer mais histoire de monter en gamme ?