• Après le DEES, la fac ?
Grâce à PrepaDEES, la plupart des étudiants ont compris que le DEES n'était en rien un diplôme reconnu ou validé par l'université.Ce n'est pas une fin en soi mais seulement un principe d'honnêteté vis à vis des étudiants confrontés à des mensonges flagrants de la part de certaines écoles et institutions.Autant savoir à quoi on s'expose quand on prépare un diplôme européen.La lucidité est la première étape vers le professionalisme. Dés lors la question qui se pose c'est Après le DEES, est-ce que je peux réintégrer l'université ? On a déjà proposé des éléments de réponse ailleurs mais d'emblée on peut annoncer que cela va devenir de plus en plus complexe puisque la tendance est à soumettre les études universitaires à une procédure de sélection accrue.Cette sélection se basera notamment sur le fait que certaines filières sont saturées : communication par exemple... PrepaDEES n'a pas envie ici de discuter le projet du Président de la république française, Nicolas Sarkozy. Ce qui compte c'est d'en comprendre la portée pour les DEES.

  • Sarkozy et l'université
3 tendances plus ou moins visibles : sélection accrue, hausse des droits d'inscription, la "privatisation" des universités ou tout au moins le renforcement de leur autonomie. Ce qui est significatif, c'est que ce processus global est tout à fait absent du réseau des écoles FEDE. Elles ne pratiquent en effet quasi aucune selection réelle et distribuent un diplôme standard, uniforme. Dans la réalité, certains étudiants sont mieux formés que d'autres mais personne n'en sait rien puisque personne n'est capable de distinguer la différence de niveau entre un DEES de Pigier, d'Arca ou de l'école trucmuche. Comme si le DEES fonctionnait comme un système universitaire parallèle ou tout le monde a le droit de rêver. Le constat du Président Nicolas Sarkozy qu'on soit daccord ou pas c'était que l'égalité entre université était factice puisqu'un recruteur privilégiait un diplôme universitaire de paris-dauphine à Besançon. Qu en est il pour les DEES ?Serait-ce le seul diplôme uniforme ? Au moment où les recalés de la fac vont tenter un Master FEDE, on a le droit de se poser la question.

  • Le diplôme européen d'études supérieures et la sélection.
- Aucune école n'a pu à ce jour déclarer qu'elle proposait un meilleur DEES que les autres ou que l'insertion pro de ses DEES était meilleure
- La sélection se fait sur l'argent plus que jamais chez les DEES. Puisque les plus mauvaises écoles lowcost proposent 4 fois moins de heures de cours que les autres.Donc système à 2 vitesses.C'est comme si on proposait un bigmac moins cher dans une franchise macdo en supprimant un steak! Evidemment si des étudiants sont capables en 100 heures de passer l'examen c'est qu' il y a un problème de niveau.Pourquoi s'emmerder à suivre 450 heures de cours alors que 100 suffisent ? Après tout c'est le même titre ? Le débat reste ouvert, nous y reviendrons.
- La sélection se fait sur le réseau ou le piston puisqu'une bonne entreprise en contrat de pro fait quasiment la carrière.1 fois sur 5 une école est capable de proposer les fameux partenaires entreprises ! le reste du temps c'est le réseau perso dont se servent les écoles évidemment.C'est à dire que derrière l'égalité, c'estr le réseau familial et le capital sociologique qui fait la différence.Vous nous direz que c'est une évidence mais alors à quoi bon se battre pour un diplome qui perd toute valeur s'il n'est pas associé à un gros stage bien pistonné ?

Derrière l'égalité de façade du DEES, se cachent des mécanismes de sélection très subtils : économiques et sociologiques. Si on ne les prend pas en compte on est mal barré!!!Parce que non seulement , on ne rentrera pas à l'université en Master mais en plus on aura sous estimé, que l'absence de sélection dans le monde des DEES joue clairement en leur défaveur.