• Sarkozy, la selection à l'université et le DEES
Le nouveau président français a déclaré son intention de réformer les parcours universitaires en imposant des numerus clausus ou tout au moins en restreignant le nombre de places en université dans les filières bouchées.Evidemment ça peut se discuter mais notre propos n'est pas là mais plutôt dans la place bizarre que vont prendre les diplômes européens dans ce nouveau monde.Entre les esc, les iut, les licences pros ? Comment vont se positionner les deesma par exemple.Concernant le deesma, on est dans le vif du sujet parce que beaucoup d'étudiants ont des envies de marketing.Seulement , il n'y a pas beaucoup d'élus ou alors pas là où on croit.

  • Trouve t-on un boulot dans le marketing avec un deesma ?
Il n'est pas du tout certain qu'on trouve du boulot dans le marketing avec un deesma.Et c'est le paradoxe d'un diplôme plutôt ambigu puisqu' il est vendu comme l'escalier vers le poste de chef de produit junior alors que ceux ci sont principalement recrutés dans les esc ? Quel paradoxe !C'est d'autant plus dommage que celà s'applique à la plupart des dees : deescom, deesma, deesmi...Il serait interessant de connaitre le % de deesma qui ont trouvé un boulot au service marketing.Si quelqu' un a des infos , on est preneur !Et puis est-il évident que le deesma favorise l'acquisition de onnaissances et le developpement de compétences utiles.Le programme est sympa mais reste un programme , c'est à dire pas grand chose.Le proramme du deesma n'est pas un referentiel de compétences...Celà rend d'autant plus malaisée, l'appréciation, l'évaluation et l'insertion des deesma.

  • Renoncer au DEESMA pour faire du marketing ?
Le mercator c'est sympa, mais ça ne donne pas un boulot.Par contre, le webmarketing, la gestion des affilliations, ça ça interesse les recruteurs mais curieusement le programme du deesma ne l'évoque pas du tout.Vous nous direz qu' il faut faire un deesweb ! Et pourtant est-il normal qu'un programme soit à ce point déconnecté des réalités professionnelles ? Et que 99% des profs ne puissent apporter des compléments absolument cruciaux à cet égard.Il ne s'agit pas de les accabler, ils galèrent déjà assez pour récupérer sans payer les sujets d'étude de cas vendus au prix fort, que les écoles ne veulent pas acheter ! Résultat ? Des études de cas bidons, beaucoup d'approximations, aucun accompagnement professionnel sérieux.

Et des promotions entières de deesma sont mal conseillées et iront pointer au chomage.Pas de selection pour les dees , mais du baratin pour tout le monde.